Généalogie et histoire des meuniers
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Moulin à farine de Martincourt (60)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Moulin à farine de Martincourt (60)   Mer 16 Avr - 8:48

Moulin à farine de Martincourt (60)


Moulin comprenant : atelier de fabrication ; logement patronal ; entrepôt industriel ; bief de dérivation ; bureau ; bâtiment d'eau
époque de construction : 2e quart 19e siècle ; 3e quart 20e siècle

historique : Un premier moulin à grain existait déjà à cet emplacement sous l' Ancien Régime. Non mentionné dans le récolement de 1750, il apparaît sur le plan d' intendance de 1785.
Ce moulin, comme l' autre établi sur la même commune, était la propriété du duc de Fleury, seigneur de Martincourt et avait, par ce fait, le statut de moulin banal. Au début du 19e siècle, il devient la propriété de Lecoutre, qui entreprend vers 1830 sa modernisation.

Un nouveau moulin est alors construit en brique et de nouvelles dispositions d' aménagement hydraulique sont adoptées. Jusqu' au dernier quart du 19e siècle, l' usine poursuit son activité de meunerie pour les communes environnantes. Mais en 1884, l' établissement, devenu la propriété de M. Delettre, est déclaré en chômage. L' ensemble du mécanisme est démonté et des machines sont vendues. L' activité de meunerie ne semble reprendre qu' à la fin du 19e siècle.
En 1938, M. Boulanger, propriétaire exploitant de l' usine, procède au démontage de la roue hydraulique verticale par dessous pour la remplacer par une turbine.
Ces travaux sont réceptionnés le 16 août 1939.
Après 1945, l' habitation de meunier qui était dans le prolongement du moulin est abandonnée au profit de bureaux.
C' est à la même époque qu' est érigé le nouveau logement, formant un second bloc architectural vis-à-vis du moulin.
L' activité de l' usine cesse dans les années 1990, avec la mise à la retraite du dernier meunier.
Le système hydraulique, réglementé par arrêté préfectoral du 9 août 1834 et modifié le 19 avril 1847, comprend quatre vannes de décharge, refaites entièrement en 1982, une vanne ouvrière sous cage et deux déversoirs. La roue hydraulique verticale a été remplacée en 1938 par une turbine Tesset-Rose-Brault (plaque de constructeur), d´une puissance de 15 ch (11 Kw / h). Cette turbine a fonctionné jusqu' à l' arrêt définitif de l' activité dans les années 1990.
A l' intérieur, le grand volant horizontal de transmission a perdu la plupart de ses alluchons en bois. Présence d' un broyeur Gondard, constructeur à Paris, et de trémies des Ateliers de construction Saettler de Braumath (Bas-Rhin). En 1834, le moulin emploie 3 personnes. En 1980, le moulin emploie 6 ouvriers.

description : Le moulin est implanté sur une dérivation de la rivière du Thérain. Il est construit en brique, à un étage carré et comble à surcroît. Sur son pignon nord, la cage, qui abritait autrefois la roue hydraulique verticale et aujourd' hui la turbine, forme saillie sur la rivière. Cet élément est en rez-de-chaussée, couvert d' une simple toiture en bâtière. De l' autre côté, au sud, l' atelier de fabrication est prolongé par l' ancien logement de meunier, dont la fonction domestique, était marquée par l' emploi du pan de bois et torchis, matériau plus traditionnel.
Cette même recherche de distinction des espaces industriels et privatifs a prévalu à nouveau pour la construction du nouveau logement, qui fait face à l' ouest de la parcelle. La brique est ici masquée par un enduit ciment en imitation faux pan de bois sur une partie de la façade. Le pignon nord de ce bâtiment en rez-de-chaussée est recouvert dans sa partie supérieure d' un essentage d' ardoise. Chaque construction est couverte distinctement d' une couverture en ardoise, à longs pans et pignons couverts.
gros-oeuvre : brique ; bois ; pan de bois ; torchis ; enduit ; essentage d'ardoise ; ciment ; faux pan de bois
couverture (matériau) : ardoise ; tuile plate ; tuile mécanique
étages : 1 étage carré ; comble à surcroît
couverture (type) : toit à longs pans ; pignon couvert ; pignon découvert ; toit en bâtière
état : établissement industriel désaffecté

Sources DRAC (service régional de l'inventaire Picardie) Amiens 80
et archives de l'Oise Beauvais 60
Revenir en haut Aller en bas
 
Moulin à farine de Martincourt (60)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gâtaux secs à la farine de pois chiches
» Moulin à café ou moulin à graines?
» Mettre de la farine de riz dans un bib de lait maternel ???
» Brûlures et farine...
» Pain à la farine de chataigne et bacon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Meuniers et Moulins :: PICARDIE :: 60-Oise-
Sauter vers: